Harmonie Mutuelle organise une conférence en ligne « Notre santé et celle de la planète se jouent-elles aussi dans notre assiette ?» pour les habitants du Tarn-et-Garonne et du Lot le 6 mai 2021 à 18h00

« Notre santé et celle de la planète se jouent-elles aussi dans notre assiette ? » 

Pour tenter de répondre à cette question, Harmonie Mutuelle invite les Lotois et Tarn-et-Garonnais à une conférence en ligne, le jeudi 6 mai de 18h00 à 20h00.

L’inscription est gratuite et obligatoire en cliquant sur ce lien : https://www.eventbrite.fr/e/billets-notre-sante-et- celle-de-la-planete-se-jouent-elles-dans-notre-assiette-147097704193

Adopter des pratiques de consommation durable a-t-il un sens ? Peut-on agir sur le dérèglement climatique en changeant le contenu de nos assiettes ? En mangeant moins de viande ? En consommant local ?…

« La pandémie a mis en évidence le lien entre destruction de la nature et menace sur la santé humaine », ont affirmé Véronique Andrieux* et Isabelle Autissier* dans une tribune du journal Le Monde, évoquant une logique d’« effet domino » : « en détruisant les forêts, prairies, savanes, on rapproche la faune sauvage du bétail et des hommes. Ces contacts de plus en plus fréquents permettent aux micro-organismes pathogènes des animaux sauvages de s’adapter et d’infecter les humains ».

Essentiel Santé Magazine et les élus Harmonie Mutuelle du Tarn-et-Garonne et du Lot vous proposent de venir débattre de ces sujets et vous informer le jeudi 6 mai à 18h, avec Michel DURU, directeur de recherche, chargé de mission à l’INRAE (Institut National de la Recherche Agronomique) et Lise PUJOS, Responsable ECOCERT en cuisine.

* Véronique Andrieux (Directrice générale du WWF France), Isabelle Autissier (Présidente du WWF France). Le Monde 13 janvier 2021.

GUIDAP accélère sa croissance depuis Toulouse

Lancé en 2016 par 3 Toulousains passionnés d’activités de plein air, GUIDAP est aujourd’hui la plateforme de référence pour les professionnels du secteur des loisirs qui souhaitent digitaliser leurs réservations et gérer leur activité en ligne. Avec une croissance multipliée par 3 en 2020 sur le volume des transactions générées via sa solution logicielle, GUIDAP affiche de belles performances et conforte sa position de leader sur le marché.

« GUIDAP est né de l’idée de réunir des personnes qui souhaitent faire des activités de loisirs, sous forme d’un annuaire quirecensait les professionnels du secteur, et permettait de payer à plusieurs les réservations. Très vite, nous nous sommes rendu compte en échangeant avec les gérants que ceux-ci n’avaient pas digitalisé leur système de réservation ni leur planning d’équipe. Nous avons alors très vite basculé de l’idée de départ vers une plateforme en ligne qui offre plusieurs solutions de facilitation au quotidien : la réservation en ligne, la gestion des plannings des équipes, la disponibilité du matériel, l’encaissement et même la création de sites personnalisés. Notre ERP est évolutif selon les besoins exprimés de nos clients, et plusieurs formules sont possibles selon un abonnement annuel. Il est très facile à appréhender et permet de centraliser plusieurs fonctionnalités.
De plus, nous fonctionnons en marque blanche ce qui permet à chaque professionnel de personnaliser son interface. 
» explique Julien Cousi, l’un des 3 co-fondateurs de GUIDAP.

L’équipe de GUIDAP – crédit Romain Saada

Avec un prévisionnel cette année porté à 80 millions d’euros de transactions générées par la plateforme en ligne en France, mais aussi en Belgique et en Suisse, GUIDAP connait un bel essor et vient de recruter 3 nouvelles personnes, portant ainsi à 9 l’effectif de la start-up.

« Plus qu’un simple progiciel, nous offrons à nos 250 clients une équipe dédiée qui est à leur écoute 7j sur 7, car dans ce domaine, on ne peut pas se permettre de laisser nos clients sans solution un dimanche ou jour férié, même en plein été. Nous venons de recruter 2 collaborateurs ce mois-ci, et un développeur va renforcer nos rangs d’ici à la fin du mois. Notre offre est unique sur le marché et nous prévoyons entre 1 million et 1,5 million de réservations via GUIDAP cette année ! »

GUIDAP s’adresse aux professionnels de canoë et kayak, kitesurf, téléski nautique, accrobranche, école de ski, parapente, saut en parachute, centre de voile, ainsi qu’aux gérants de salles de réalité virtuelle, d’escape game, de location de vélo, ou encore les structures qui proposent des visites guidées de villes.

« L’équipe de Guidap est à l’écoute de nos besoins et a su apporter des réponses lorsque la solution initiale ne correspondait pas à nos usages en tant qu’Office de Tourisme. Si bien que nous n’avons rencontré aucun point de blocage et que l’équipe de développeurs a toujours été très réactive. C’est un travail de co-construction qui nécessite encore quelques évolutions sur lesquelles nous travaillons. Mon équipe utilise déjà la plateforme et est satisfaite de la facilité d’utilisation, ainsi que de la prise en main. » – Adrien HARMEL, Directeur Adjoint Tourisme de l’Agence d’Attractivité de Toulouse Métropole

« C’est simple d’utilisation pour les clients, simple d’utilisation pour nous administrateurs. On a toujours la main sur ce que l’on programme. Un vrai outil à notre service et non pas l’inverse. » – Francis Sanchez, gérant de Canoë 31

Engagé dans le mouvement mondial « 1% pour la planète », GUIDAP est sensible à la protection de la nature : son terrain de jeu.

« Descendre les rivières en canoë, voler en parapente, plonger dans les fonds marins… Toutes les activités humaines, y compris celles de GUIDAP ont un impact sur l’environnement. Nous avons conscience que nous faisons partie du problème mais que nous pouvons aussi faire partie de la solution. C’est pourquoi GUIDAP consacre 1% de son chiffre d’affaires à la protection et à la restauration de l’environnement. »

Recettes aux notes printanières & estivales : Haricot Tarbais, légèreté rime avec bienfaits !

Avec l’arrivée des beaux jours, le besoin de légèreté se fait ressentir, y compris dans l’assiette ! Laissez-vous tenter par des recettes saines et savoureuses, composées de Haricot Tarbais : décliné en salade, tartine, houmous, terrine ou encore croquette.

Fruit de l’excellence d’un savoir-faire inégalé, ce produit phare de la gastronomie du Sud-Ouest est estampillé Label Rouge et IGP depuis plus de 20 ans, et séduira petits et grands gourmets…

Le Haricot Tarbais, une légumineuse aux nombreuses vertus nutritionnelles

Sans gluten et riche en protéines, le Haricot Tarbais se révèle être l’allié indispensable d’un régime alimentaire équilibré au quotidien. En effet, il regorge de minéraux et de vitamines, et parce qu’il procure rapidement une sensation de satiété, il sera fortement apprécié de celles et ceux qui souhaitent manger moins ! Riche en protéines végétales, il offre les avantages de la viande, notamment une haute teneur en fer, sans les inconvénients des matières grasses. Par ailleurs, il possède un faible indice glycémique.

De plus, ce grain sec à la forme originale possède une peau fine qui le rend extrêmement léger en bouche, fondant et digeste. Il n’éclate pas et ne s’écrase pas en purée durant la cuisson. Sa peau fond avec la chaleur dans une intense onctuosité. Une tenue exceptionnelle à la cuisson confère au Haricot Tarbais une qualité appréciée pour toutes les recettes de mijotés.

Des préparations les plus rustiques aux plus raffinées, le Haricot Tarbais s’accommode de mille et une façons. Voici une sélection de recettes gourmandes et équilibrées, idéales pour les belles journées ensoleillées.

Retrouvez l’intégralité des recettes printemps-été du Haricot Tarbais via le lien suivant : www.dropbox.com/sh/appwtbevequhr57/AAAxrkd8LVx8Xz9xYNU0UcP6a?dl=0

Renseignement complémentaire sur le www.haricot-tarbais-tradition.fr et recettes en vidéos disponibles : www.youtube.com/user/leharicottarbais

CEP : 10 212 bénéficiaires en 2020 en Occitanie

10 212, cest le nombre de salariés et dindépendants qui ont été accompagnés dans le cadre du Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) en région Occitanie en 2020. Financé par France Compétences, le CEP est un service public gratuit et personnalisé, ouvert à tout actif souhaitant faire le point sur sa situation professionnelle. Un bilan prometteur pour cette année de mise en œuvre des nouveaux opérateurs et de crise sanitaire.

Depuis le 1er janvier 2020, le CEP pour les actifs occupés (salariés du secteur privé non-cadres et travailleurs indépendants) est délivré en Occitanie par les CIBC et les trois chambres consulaires (chambres de métiers et de l’artisanat, chambres de commerce et d’industrie, chambres d’agriculture), associées autour d’un objectif de proximité territoriale et de complémentarités de compétences. En 2021, le groupement se dote d’un nouveau nom : le réseau EVA.

Changer de métier : principal motif de sollicitation en 2020

Les bénéficiaires ont principalement sollicité le service pour travailler à leur projet d’évolution professionnelle, et plus précisément afin de changer de métier. Les salariés et les indépendants ont sollicité également les équipes du CEP pour obtenir de l’information (sur les métiers, l’offre de formation, les dispositifs de financement…) ou encore pour faire le point sur leur situation professionnelle. En 2020, 91% des bénéficiaires étaient des salariés en CDI, âgés pour plus de la moitié entre 26 et 44 ans. Les femmes ont été majoritaires à hauteur de 64% des sollicitations. Près de 3/4 des demandes d’accompagnement provenaient des secteurs de la santé, du commerce et des activités de services.

« Le CEP, service public de proximité, gratuit et accessible à tous les salariés et indépendants est aujourd hui bien installé. Il peut encore se déployer plus largement auprès des actifs pour nourrir leur capacité à choisir leur avenir professionnel. Il est prêt à devenir un levier efficace face aux transformations du travail et aux défis de la relance. Avec la crise sanitaire, nous recevons des appels de salariés et de travailleurs indépendants qui souhaitent profiter de cette période pour prendre du recul sur leur emploi, leurs aspirations, leurs envies professionnelles. D une façon plus ou moins contrainte, certains disposent de temps pour réfléchir et engager des démarches de changement professionnel ou de formation, notamment via leur Compte Personnel de Formation. Un premier rendez-vous n engage à rien, c est gratuit, et ça peut parfois tout changer pour la suite. », précise Marie DELON, directrice de projet CEP en Occitanie.

Un service de qualité au cœur des territoires

93 % des bénéficiaires déclarent le service utile et de qualité. Les conseiller(e)s en évolution professionnelle ont très vite maitrisé les exigences de qualité du service rendu. Ils(Elles) ont su s’impliquer dans une diversité de partenariats utiles aux recours et aux parcours des personnes qu’ils accompagnent.

Avec 95 sites ouverts dans 44 villes d’Occitanie, et de multiples relations partenariales, le CEP et ses 136 conseillers se sont installés au cœur des territoires. Dans le même temps, les services à distance, prévus initialement, se sont adaptés et développés rapidement face aux contraintes du confinement afin de maintenir le service à distance. La demande de service distancielle est ensuite restée forte, tout au long de l’année 2020.

« Avec nos partenaires et équipes, nous assurons le service de conseil en évolution professionnelle de façon à garantir aux personnes qui nous sollicitent la réactivité et la qualité attendues. Nous nous sommes adaptés et avons proposé des horaires jusqu’à 20h et le samedi matin. En effet, l accessibilité du service est un enjeu fort pour les pouvoirs publics qui nous ont confié cette mission, besoin accru durant la pandémie. Nous sommes particulièrement attentifs à proposer un service personnalisé et de proximité, y compris dans nos territoires ruraux. De plus, afin de développer un maillage efficace des dispositifs, ressources et outils à disposition de nos bénéficiaires, nous nous sommes attachés à développer des partenariats avec les principaux acteurs de l orientation, de la formation, de l emploi et de la santé. Ainsi, des relations ont été nouées avec les autres opérateurs du CEP (APEC, Pôle Emploi, Cap Emploi, Missions Locales), avec Transitions Pro Occitanie, avec la Région Occitanie, avec les opérateurs de compétences, le CARIF- OREF, les médecines du travail ou encore le service social de l assurance maladie. » souligne Aurélie Ferjoux, gérante du CIBC du Tarn / Centre Occitanie.

Frédéric Malfilatre nommé Directeur Occitanie d’Harmonie Mutuelle

Acteur économique engagé, Harmonie Mutuelle agit depuis sa création pour l’accès aux soins pour tous, une protection sociale étendue et une société de solidarités. Cet impact sociétal positif, Harmonie Mutuelle souhaite le valoriser en devenant, d’ici l’été, une « entreprise mutualiste à mission » tout en faisant évoluer en cohérence son organisation territoriale et managériale avec le projet TRANSITION(s) 21. Pour porter ses ambitions en Occitanie, Frédéric Malfilatre vient d’être nommé ce 1er avril Directeur Régional.

FRÉDÉRIC MALFILATRE, NOMMÉ DIRECTEUR RÉGIONAL OCCITANIE

Frédéric Malfilatre, 50 ans, a été nommé ce 1er avril Directeur Régional Harmonie Mutuelle Occitanie, succédant ainsi à Stéphane Kergourlay, qui occupait ce poste depuis 2016, lui- même récemment promu Directeur Exécutif pour la Région « Porte Europe ».

Débutant sa carrière professionnelle en 1995 au sein d’un groupe immobilier, Frédéric Malfilatre intègre successivement France Télécom, et la Mutuelle du Rempart avant de rejoindre Santévie* en 2009 sur le poste de chargé d’affaire entreprises.

En 2013, il est nommé responsable commercial du réseau des entreprises pour la région Occitanie, puis en 2018, pour le périmètre Sud-Ouest, soit la Nouvelle Aquitaine et l’Occitanie.

Frédéric Malfilatre a un parcours singulier, qui lui a permis d’acquérir au fil des ans de nombreuses connaissances dans l’organisation et le pilotage d’une entreprise.

« Je viens du terrain, ce qui me confère une certaine légitimité vis-à-vis des équipes et une compréhension des enjeux clients : je connais bien les difficultés et les transformations du métier.
De par mon expérience, je suis particulièrement sensible à cette notion d
ascenseur social, qui prouve à chaque collaborateur.trice quil.elle peut évoluer, quil.elle peut activement contribuer à écrire son propre parcours.

Enfin, je dois avouer que sinvestir dans une entreprise qui a pour objectif de simpliquer dans les enjeux sociétaux, environnementaux et économiques est une véritable source denthousiasme. »

Marié et père de 2 enfants, Frédéric Malfilatre est Toulousain. Passionné de montagne, il pratique régulièrement l’escalade, le trail et le ski.

Frédéric Malfilatre.

Employeur ancré dans les territoires, Harmonie Mutuelle Occitanie en quelques chiffres :

  • 393 salariés et 285 élus
  • 26 agences implantées sur 13 départements et 3 centres d’appels implantés à Albi, Toulouse et Tarbes
  • 2 centres de gestion basés à Albi et Narbonne
  • 359 101 adhérents en Occitanie

Harmonie Mutuelle soutient de nombreuses manifestations sportives locales, telles que les Championnats de France d’Épée à Albi, les 10 km de Rodez, l’Ariégeoise, l’Open Swim Stars, Odyssea, le Comité Midi-Pyrénées de Handisport, Ekiden Albi, le Cross Hubert de Carmaux, la Ronde Givrée de Castres, le Souffle du Gers, le Vélo Sprint Narbonnais, le Triathlon de Montauban… Au total, la mutuelle sponsorise près de 111 associations locales, dont une trentaine en faveur du Handicap. 1ère mutuelle des entreprises, elle soutient aussi l’association 60 000 Rebonds et le Réseau Entreprendre.

Les assistantes sociales de la région Occitanie ont accompagné en 2020 plus de 300 adhérents qui rencontraient des difficultés plus complexes. Le montant des aides accordées s’élève à 300 000 €, soit environ 80 % de dossiers ayant reçu un accord sur l’ensemble des dossiers présentés.

* Santévie est l’une des 5 mutuelles régionales qui se sont unies en 2012 pour former Harmonie Mutuelle, première mutuelle santé de France.

LES DÉFIS À RELEVER

« La meilleure façon de prédire lavenir est de le créer ! »


Les ambitions de Frédéric Malfilatre, nouveau Directeur Régional Harmonie Mutuelle Occitanie, s’articuleront autour de nouveaux enjeux nationaux.

« Harmonie Mutuelle se dote dune nouvelle organisation, et devient une « Entreprise mutualiste à mission » avec le projet TRANSITION(s) 21. Il sagit dune nouvelle page que nous allons tous écrire dans laventure mutualiste. Socialement responsable, Harmonie Mutuelle est plus quun assureur, cest une entreprise engagée, un véritable acteur économique qui répond aux enjeux environnementaux, économiques, sociétaux avec une politique concrète en matière de RSE. Nous navons pas dactionnaires à rémunérer et chaque décision est orientée vers les adhérents, pour leur présenter le meilleur niveau de service et de prestation. À ce titre, conformément à nos engagements, nous redistribuons 80,7% des cotisations en faveur de nos adhérents. Enfin, Harmonie Mutuelle est la mutuelle des entreprises, et se veut au service des entrepreneurs et des salariés. Aujourdhui, le principal enjeu au sein des entreprises, devant le risque financier, est le capital humain, et les risques qui lui sont associés comme labsentéisme, les maladies professionnelles, le burn-out… Les causes sont multifactorielles, et les dirigeants se retrouvent encore trop souvent démunis face à cela. Cest pourquoi, chez Harmonie Mutuelle nous innovons et accompagnons les dirigeants et leurs collaborateurs en mettant à leur disposition des boîtes à outils, des ateliers de prévention, un soutien psychologique… particulièrement sollicités en période de crise sanitaire. »

Pour l’accompagner, l’équipe managériale est composée de 13 collaborateurs, pleinement engagés et contribuant au programme de transformation.

ENTREPRISE MUTUALISTE À MISSION, POUR VALORISER L’IMPACT POSITIF DE LA MUTUELLE SUR LA SOCIÉTÉ

La démarche pour devenir « Entreprise mutualiste à mission » conduira à la définition d’une raison d’être et d’objectifs sociaux et environnementaux concrets, votés en Assemblée générale le 5 juillet prochain. Elle permettra à Harmonie Mutuelle de valoriser son impact positif en affirmant « contractuellement » ses engagements en faveur de la société française, dont l’atteinte sera mesurée chaque année par un organisme externe.

Pour cela, Harmonie Mutuelle a lancé une vaste consultation en ligne, pour co-construire avec les représentants élus des adhérents, les salariés, les adhérents, les entreprises clientes et le grand public, ses engagements.

TRANSITION(S) 21, UN PROJET DEVOLUTION DE LORGANISATION TERRITORIALE ET MANAGÉRIALE

Le projet d’entreprise TRANSITION(s) 21 permet de rapprocher Harmonie Mutuelle des acteurs publics, économiques et associatifs des territoires. Ainsi, 12 régions opérationnelles (calquées sur les régions administratives françaises) sont créées ainsi que 3 directions exécutives qui ont pour mission de les animer et de les coordonner afin de renforcer leur développement et d’accroitre leur rayonnement.page2image2790787952

De même, en créant deux nouvelles directions centrales – « Nouveaux modèles » et « Santé & écologie(s) », TRANSITION(s) 21 révèle l’ambition de positionner désormais les enjeux sociétaux d’Harmonie Mutuelle au plus haut niveau de son organisation :

  • La Direction « Nouveaux modèles » est chargée de mener la transformation de la mutuelle en entreprise mutualiste à mission, de piloter les activités d’action sociale, d’ingénierie sociale et de prévention, d’accélérer la capacité de la mutuelle à innover.
  • La Direction «Santé & Ecologie(s)» répond à l’ambition de construire, autour des enjeux de santé et de l’environnement, une stratégie capable de faire évoluer les modes de vie. Elle doit permettre à Harmonie Mutuelle d’aider ses adhérents et entreprises clientes à agir collectivement sur les conditions et milieux de vie.

L’ensemble du projet d’entreprise d’Harmonie Mutuelle se concrétisera fin 2021 dans une nouvelle stratégie opérationnelle 2022 – 2026 et son inscription dans la co-construction du Groupe VYV.

La fibre tisse sa toile au plus près des Audois

Le déploiement de la fibre optique tisse sa toile, et le nombre de nouvelles communes audoises ouvertes à la commercialisation se porte à 9 en ce début d’année. Après avoir posé symboliquement la 50 000ème prise à AziIle le 5 mars dernier, ce sont plus de 12 000 prises qui ont été installées ce premier trimestre 2021. Trois ans après la pose de la 1ère prise, plus de la moitié des 90 000 prises prévues dans la phase 1 du déploiement de la THD sont donc livrées !

Régis Banquet, Président du SYADEN, indique que « Les attentes sont fortes dans le domaine de l’aménagement numérique de l’Aude en Très Haut Débit notamment au cours de cette période de crise sanitaire. Avec plus de 50 000 prises livrées, la bonne dynamique du partenariat avec les entreprises en charge de la réalisation des travaux du réseau public en fibre optique hisse notre projet parmi les plus efficaces en matière de déploiement au sein de notre région. Nous nous engageons à poursuivre ces efforts pour atteindre d’ici fin 2022 l’objectif de déploiement des 90 000 prises de la Phase 1 du projet départemental, avant d’entamer la couverture 100% fibre de l’Aude avec le soutien de l’État, de la Région Occitanie, du Conseil départemental et des intercommunalités de l’Aude. »

Avec le soutien de ces partenaires, le SYADEN s’est mobilisé dans un ambitieux projet offrant l’accès au très haut débit à tous les Audois. Chaque jour, de nouveaux foyers, de nouvelles entreprises et sites publics ont la possibilité d’accéder à une connexion en Très Haut Débit. En s’engageant dans cette filière d’avenir, le SYADEN souhaite développer l’attractivité et l’activité économique du département.

Créateur d’emploi, ce secteur développe un savoir-faire technique et permet l’installation de nouvelles entreprises. D’autre part, il donne aussi aux entreprises locales la possibilité de s’investir dans le numérique et l’innovation. Télétravail, maison connectée, accès aux services en ligne… les usages en lien avec le numérique sont de plus en plus nombreux. Conscient de l’importance que prend cette infrastructure dans le quotidien des Français, le SYADEN souhaite aussi assurer une égalité d’accès à ce service pour tous les habitants du département, qu’ils soient en zone rurale ou urbaine.

« Nos équipes sont mobilisées au quotidien pour déployer le réseau fibre, le plus grand chantier de l’Aude ! Toutefois, poser des prises ne donne pas accès immédiatement à la fibre : il reste ensuite le travail de raccordement vers les maisons ou les bâtiments par les fournisseurs d’accès. Ce qui explique un laps de temps de quelques mois entre les dernières interventions de terrain et la possibilité de profiter des bienfaits du très haut débit. Le réseau construit est ouvert et neutre, de sorte que tout Fournisseur d’Accès Internet (opérateur) pourra, s’il le souhaite, proposer des abonnements Très Haut Débit (THD) sur les territoires couverts. » explique Philde Witczak, directeur d’Émeraude THD.

Les 9 communes concernées par l’ouverture à la commercialisation au cours du 1er trimestre 2021 sont : Arzens, Azille, Floure, Homps, Limoux, Pieusse, Pomas, Val de Dagne et Villesequelande.

Les habitants de ces communes sont invités à tester dès à présent l‘éligibilité de leur logement sur le site : www.emeraudethd.fr/eligibilite/

Pour plus d’informations :

  • Comment accéder au Très Haut Débit ? www.emeraudethd.fr/comment-acceder-au-tres-haut-debit-3/
  • Foire aux questions www.emeraudethd.fr/foire-aux-questions-2-2/
  • Liste des opérateurs disponibles sur le réseau : www.emeraudethd.fr/operateurs/

SPECIALISTERNE s’implante à Toulouse

SPECIALISTERNE, premier acteur mondial et partenaire de l’ONU sur l’inclusion professionnelle des personnes autistes, s’implante en France, avec un statut coopératif et un siège social à Toulouse.

SPECIALISTERNE France

SPECIALISTERNE (en français « Les Spécialistes ») est une entreprise sociale internationale née au Danemark en 2004. Sa mission : faire découvrir aux entreprises l’avantage concurrentiel qu’apportent les personnes sur le spectre de l’autisme grâce à leurs caractéristiques spécifiques. Le groupe se félicite de la création de sa 13ème implantation, SPECIALISTERNE FRANCE avec un siège social à Toulouse, dirigée par Gabrielle BLINET, figure active sur la neurodiversité en France. Les entreprises françaises, et plus largement francophones, pourront enfin bénéficier de leur savoir-faire avant-gardiste sur ce secteur de niche.

Convaincues par l’approche et la solidité de la méthode développées par le fondateur Thorkil SONNE, Gabrielle BLINET et Pascale MARCHAL mettent avec enthousiasme leur expérience et leur énergie au service de ce concept social innovant : envisager les spécificités cognitives des personnes autistes comme un avantage concurrentiel pour les employeurs. Leur spécialité : dénicher des talents encore restés dans l’ombre et des entreprises pionnières prêtes à inclure la neurodiversité dans leur RSE.

Une entreprise qui valorise les compétences des autistes

Les deux associées déploieront en France le modèle de recrutement spécifique qui fait le succès et la renommée de SPECIALISTERNE depuis plus de 15 ans. Loin des méthodes classiques de recrutement, inadaptées aux personnes autistes, elles proposent une approche personnalisée et concrète, en collaboration avec les entreprises, qui se déroule sur plusieurs semaines. Les sempiternelles lettres de motivation et entretiens individuels font place à des tests de conception avec des robots Lego Mindstorm, les fiches de postes sont « traduites » en langage « aspie-friendly », tout est fait pour que les compétences réelles des candidats autistes soient enfin visibles au grand jour. Une fois leurs talents mis en lumière, il n’en demeure pas moins que les personnes autistes ont des difficultés à lire et à appréhender les comportements et codes sociaux, d’autant plus dans un cadre professionnel, où la culture d’entreprise n’est pas une chose qui s’apprend, mais qui se diffuse. C’est pourquoi l’accompagnement de SPECIALISTERNE ne porte pas que sur les phases amont du recrutement, mais s’étend également sur les périodes d’on-boarding des candidats dans les équipes de travail, la gestion de carrière et le quotidien des personnes autistes dans l’entreprise. C’est une offre de service complète qui permet auxentreprises de répondre tant à leurs enjeux de RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise) que d’Innovation et de Stratégie d’entreprise.

Cyrille ROCHER, Directeur de l’URSCOP Occitanie pôle Pyrénées affirme que « l’enjeu de ce projet coopératif sera d’accompagner l’impact social des transformations sociétales, actuelles et à venir, notamment des représentations de l’autisme. Cette nouvelle grille de lecture, que propose SPECIALISTERNE aux entreprises publiques et privées, aura sans nul doute le mérite de mettre terme à l’obsession de la conformité. L’éloge de la différence fait partie de l’ADN des Sociétés Coopératives et Participatives. »

La SCOP, un choix en adéquation avec leurs valeurs

«Le choix d’une Société coopérative s’explique par notre volonté de s’inscrire dans une démarche profondément humaine et sociale et de marquer notre attachement à l’économie sociale et solidaire. C’est également un modèle qui responsabilise les collaborateurs, les fait sortir du rôle d’ « exécutant » afin de veiller au bon fonctionnement d’une entreprise dont ils sont co-propriétaires. Les risques d’échec et les chances de réussite sont partagés et assumés par tous, et nous aimons cet esprit.

Elles ont pu bénéficier des expertises de l’URSCOP : travail du Business Plan – affinage des prévisions financières – structuration du financement – conseil et vision stratégique – conseil et accompagnement pour les comités d’investissements – dossier d’immatriculation – soutien financier via SOCODEN et prochainement elles pourront suivre les formations spécifiques SCOP. « Enfin, l’URSCOP assure un audit annuel qui permet de vérifier la conformité du fonctionnement de la SCOP avec les règles coopératives, ce qui est sécurisant pour nous. »

Une co-gérance naturelle et raisonnée

«Pascale et moi formons un binôme solide et enthousiaste. Nous travaillons ensemble depuis 3 ans, nous nous connaissons bien. Nous sommes complémentaires dans nos savoir-faire et dans nos savoir-être. Nous avons l’habitude de brainstormer ensemble et surtout, l’habitude de régler nos désaccords à l’amiable quand nous en avons (gestion saine des divergences). Enfin, nous sommes toutes les deux passionnées par l’autisme et très sensibles aux difficultés rencontrées par les adultes face à l’emploi. Nous sommes deux battantes utilisant l’humour comme sas de décompression et avons souvent le réflexe de nous réjouir des petites réussites du quotidien. »

fr.specialisterne.com

Nouvelles permanences au sujet de la fibre dans le Tarn-et-Garonne

La commercialisation des offres très haut débit se poursuit dans le Tarn-et-Garonne avec le déploiement de nouvelles prises dans les communes suivantes du département :

  • Saint Porquier : permanence physique jeudi 25 mars de 13h00 à 18h00 pour une ouverture de 370 prises sur la commune au 1er avril,  et une permanence digitale le mardi 6 avril de 9h00 à 13h00 – s’inscrire via le lien https://www.octogone-fibre.fr/reservation-audioconference/
     
  • Valence d’Agen : permanence digitale le mardi 30 mars de 13h00 à 17H00, et une permanence physique à l’occasion du marché de plein vent le samedi 10 avril de 8h30 à 12h30
     
  • Moissac : permanence physique sur le marché de plein vent  samedi 10 avril de 8H30 à 12H30
     
  • Et toujours les permanences digitales hebdomadaires pour tout le Tarn-et-Garonne les mardis de 12h à 14h, et les vendredis de 14h à 16h.
    Inscription au https://www.octogone-fibre.fr/reservation-audioconference/

Les habitants de ces communes sont invités à tester dès à présent l’éligibilité de leur logement sur le site : https://www.octogone-fibre.fr/eligibilite/?

En ouvrant le service Fibre Optique de votre commune, Octogone Fibre – filiale d’Altitude Infra – fait avancer le numérique en Tarn-et-Garonne en créant un réseau nouvelle génération supportant les usages de demain !

Le réseau construit par Octogone Fibre est ouvert et neutre, de sorte que tout Fournisseur d’Accès Internet (opérateur) pourra, s’il le souhaite, proposer des abonnements Très Haut Débit (THD) sur les territoires couverts. Tous pourront utiliser le réseau de Octogone Fibre pour fournir des abonnements fibre, à compter de l’éligibilité des territoires et suivant leur politique commerciale.

La fibre optique apporte de très nombreux avantages tels qu’un débit ultra rapide, des connexions simultanées sur plusieurs supports ; tablette, TV Haute Définition, ordinateur…

Pour plus d’informations : 

Comment accéder au Très Haut Débit ? : https://www.octogone-fibre.fr/comment-acceder-au-tres-haut-debit/

Foire aux questions : https://www.octogone-fibre.fr/la-foire-aux-questions/

Le plus grand chantier du Tarn-et-Garonne : 102 000 prises livrées et 100 % du département fibré d’ici 2022 

Si les premières prises sont commercialisées à destination des particuliers, établissements publics et entreprises depuis juin 2020, l’ensemble des prises du département seront livrées par tranche annuelle successive d’ici 2022 dans les 191 communes hors zone AMII(1).  

Les usagers auront le choix pour leurs offres Très Haut Débit entre différents opérateurs présents dès l’ouverture commerciale qui leur seront présentés lors de réunions publiques organisées par Tarn-et-Garonne Numérique et Octogone Fibre (dès que le contexte sanitaire le permettra).

(1) Hors 8 communes du Grand Montauban (zone AMII – Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement – 8 communes où le déploiement est assuré par les opérateurs privés).

Menu de Pâques 100 % Haricots Tarbais : Un repas convivial pour toute la famille

On ne le présente plus : le Haricot Tarbais, produit phare des Hautes-Pyrénées, est toujours autant prisé, notamment à Pâques ! Fruit de l’excellence d’un savoir-faire séculaire, il est estampillé Label Rouge et IGP depuis plus de 20 ans ! Cette année, c’est le Chef Xavier Spadiliero, du restaurant le Réverbère à Vic-en-Bigorre (65) qui a concocté trois recettes inédites pour un menu 100% Haricot Tarbais :

• En entrée, des Blinis de Haricot Tarbais aux légumes printaniers et œuf parfait 

• En plat, un Parmentier de Haricots Tarbais au Porc Noir de Bigorre


• Et même un dessert, avec un Duo de douceurs au Haricot Tarbais !

Commande possible du 4 au 9 avril, pour le déjeuner et le dîner. Réservation au minimum la veille pour le lendemain, au 05.62.96.78.16 Prix du menu : 28 €

Une collaboration inédite initiée par Jean-Marc Bedouret, président de l’association interprofessionnelle du Haricot Tarbais qui commente : « Nous souhaitions imaginer une action originale pour Pâques, temps traditionnellement fort de consommation du Haricot Tarbais. Le chef Xavier Spadiliero s’est prêté au jeu et réalisera un menu complet qu’il sera possible de déguster chez soi en lui passant commande. »

« Je suis ravi de cette nouvelle collaboration avec le Haricot Tarbais. Il s’agit de proposer un menu de Pâques en déclinant le Haricot Tarbais de l’entrée au dessert ; pour le plat j’ai choisi de délaisser la tradition du gigot d’agneau pour une association avec une autre star du terroir, le Porc Noir AOP de Bigorre. Les circonstances sanitaires actuelles particulières nous conduisent bien entendu à proposer une dégustation de notre offre à la maison », s’enthousiasme Xavier Spadiliero.

Le Chef Xavier Spadiliero du restaurant Le Réverbère, situé à Vic-en-Bigorre (65) – Crédits O.Robinet

Ce grain sec à la forme originale possède une peau fine
qui le rend extrêmement léger en bouche. Il n’éclate pas et ne s’écrase pas en purée durant la cuisson. Sa peau fond avec la chaleur dans une savoureuse onctuosité, comme en témoigne cette recette signée Xavier Spadiliero :

Parmentier de Haricots Tarbais au Porc Noir de Bigorre

Temps de préparation : 1 heure 30 minutes

Temps de cuisson : 1 heure 15 minutes pour les Haricots Tarbais, 3 minutes pour les côtes de Porc Noir de Bigorre

Attente : une nuit (trempage des Haricots Tarbais)

Préparation pour 4 personnes

  • 250g de Haricots Tarbais
  • 400g de carré de Porc Noir de Bigorre (soit deux côtes de200g)
  • 400g de joue de Porc Noir de Bigorre
  • 150g de carottes
  • 150g d’oignons
  • 50g de poireaux
  • 100g de fenouil
  • 1 gousse d’ail
  • 1 bouquet garni
  • 1cl de fond de veau
  • 100g de beurre
  • Huile d’olive
  • 0,8cl de vin blanc
  • Petits pois
  • Noisettes grillées
  • Raz el hanout
  • Sel
  • Poivre

La veille, mettre à tremper les Haricots Tarbais durant 12h.

Le jour-J, peler et laver les légumes, puis tailler en fine brunoise le fenouil, la moitié des carottes et des oignons. Faire suer à l’huile d’olive, puis assaisonner les joues de Porc Noir de Bigorre. Joindre les légumes refroidis et le raz el hanout et cuire sous vide pendant 5h à 75 degrés (autre possibilité : cuire en cocotte à feu doux).Blanchir les Haricots Tarbais puis les cuire à l’eau avec le reste des légumes émincés et sués, l’ail et le bouquet garni jusqu’à évaporation totale puis mixer le tout avec 30 g de beurre. Assaisonner et réserver (en préserver quelques-uns pour le dressage).

Cuire les petits pois dans un gros volume d’eau bouillante salée puis les rafraîchir à l’eau glacée. Réserver.
Détailler en petits cubes les joues Porc Noir de Bigorre puis mélanger aux légumes et jus de cuisson (si besoin, réduire un peu et rectifier l’assaisonnement).

Poser les côtes de Porc Noir de Bigorre dans une poêle chaude côté graisse, laisser fondre et dorer. Saisir les deux faces dans la graisse chaude, assaisonner et terminer la cuisson à feu doux (garder la viande rosée).
Dégraisser la poêle puis déglacer avec le vin blanc, ajouter le fond de veau, assaisonner et monter au beurre.

Monter le Parmentier dans un cercle. Disposer à côté quelques tranches de côtes de Porc Noir de Bigorre, les petits pois beurrés, les Haricots Tarbais et le jus. Terminer le dressage avec quelques noisettes concassées.

Crédits : O.Robinet

Protection des appellations d’origine : la décision de l’UNION EUROPEENNE rendue ce samedi 13 mars 2021

Tequila se bat : Le Conseil de régulation de la Tequila exige de Heineken le respect l’IGP Tequila dans sa bière « Desperados » Madrid, le 11 février 2021.

Il y a deux ans, en 2019, la Commission européenne (CE) reconnaissait la Tequila comme Indication géographique protégée (IGP), ce qui en fit le premier produit mexicain à accéder au plus haut modèle de protection en Europe ; malgré cela, la Tequila doit faire face à plusieurs batailles juridiques dans l’Union européenne pour se défendre contre la société transnationale Heineken , qui depuis plusieurs années utilise de manière abusive et non – autorsée l’indication géographique Tequila, en dénaturant la boisson mexicaine par excellence pour la transformer en goût /saveur ajouté (e) da ns sa bière Desperados. Deux des procédures judiciaires , initiées en 2017, sont actuellement en cours devant les tribunaux d’Amsterdam, aux Pays – Bas, et de Nanterre, en France ; cette dernière avec une décision favorable pour la Tequila.

Début 2020, le Conseil de régulation de la Tequila (CRT), agissant conformément à ses fonctions et à la réglementation mexicaine, et après avoir reçu des preuves démontrant de manière fiable l’utilisation dénaturée de la Tequila, n’a pas été en mesure de délivrer des certificats d’authenticité pour l’exportation de la boisson à l’entreprise productrice qui fournissait une filiale de Heineken, simulant des exportations d’origine conditionnées au consommateur final.

En conséquence, au milieu de l’année 2020, la brasserie néerlandaise, par l’intermédiaire de l’Association des brasseurs européens, a dénoncé le Mexique pour « obstacles techniques au commerce » devant la CE. Cette investigation a été publiée au Journal officiel de l’Union européenne le 13 août 2020. Lors de la publication de cette procédure, et dans un acte sans précédent de soutien au gouvernement du Mexique, à la CRT, à la Tequila, et à l’ensemble du système de protection des Indications Géographiques de l’UE, 40 lettres d’associations du secteur des spiritueux et d’organisations et institutions internationales représentant les plus importantes appellations d’origine européennes telles que le Bureau Interprofessionnel du Cognac, la Scotch Whisky Association, Orig en Espagne, le Consorzio Parmigiano Reggiano, pour n’en citer que quelques – unes, ainsi que d’institutions académiques ont été présentées à la Commission européenne en demandant d’être parties concernées dans le processus. Ce conflit ouvre la porte à la contrefaçon de tout autre produit protégé et à la création d’un produit générique.

Une décision défavorable dans cette enquête affecterait la première Indication Géographique Protégée du Mexique, affaiblirait l’ensemble du système de protection et de contrôle des IG et la crédibilité de l’Union Européenne dans ce modèle. Il est prévu que cette procédure d’enquête soit finalisée avant la signature de l’accord de libre – échange modernisé entre l’Union européenne et le Mexi que (ALE UE – Mexique), dans lequel l’UE a demandé, dans le chapitre sur la reconnaissance et la protection de la propriété intellectuelle au Mexique, la reconnaissance de plus de 340 appellations d’origine et indications géographiques dans la région. Pour leur part, les autorités mexicaines, en particulier le ministère de l’économie dirigé par sa directrice Tatiana Clouthier et son équipe, ont exprimé leur plein soutien à la Tequila, s’engageant à joindre leurs efforts pour défendre l’une des icônes de l’identité mexicaine, et à respecter le travail et la tradition d’une industrie composée de 163 entreprises productrices de Tequila, de plus de 19 000 producteurs d’agave et de 70 mille familles mexicaines qui dépendent de cet agrobusiness.

Actuellement, la Tequila est protégée dans 55 pays au total, dont les États – Unis et l’Union européenne, où, en plus d’être reconnue comme Indication géographique protégée (2019), elle bénéficie de l’Accord entre le Mexique et l’UE sur la reconnaissance mutuelle et la protection des appellations d’origine dans le secteur des spiritueux (1997), de l’enregistrement en tant que marque collective « Tequila » auprès de l’Office de la propriété intellectuelle de l’Union européenne (OMPI) (2008) et d’une protection spécifique en mati ère douanière (2013). Les missions du Tequila Regulatory Council, Le Tequila Regulatory Council ou Conseil de Régulation de la Tequila (CRT) est chargé de vérifier et de certifier le respect des réglementations sur la Tequila, d’assurer au consommateur l’authenticité de la Tequila et de protéger l’AOC au Mexique et dans le monde. Sa mission est basée sur la vérification avec éthique, honnêteté, transparence et impartialité du respect des réglementations applicables à la Tequila, aux produits qui contiennent de la Tequila et de ses matières premières.

Le CRT veille aussi aux spécifications et aux systèmes de qualité, à la protection de l’appellation d’origine, à la fois au Mexique et à l’étranger, à la création de valeur ajoutée et à la confiance dans ses partenaires, clients, collaborateurs, agences et Ministères, pour le bénéfice des consommateurs. Les producteurs de Tequila, producteurs d’agaves, embouteilleurs, spécialistes du marketing et le gouvernement mexicain font partie de cette organisation. De même, ce Conseil est un centre d’information et de service pour l’ensemble de la chaîne productrice, avec l’aspiration de devenir le centre de référence mondial dans la connaissance de l’agave et de la Tequila. Il dispose de quatre bureaux internationaux situés à Madrid en Espagne, à Shanghai en Chine, à Genève en Suisse et à Washington D.C. USA. Le bureau central est situé à Jalisco, au Mexique.


Le 13 mars prochain, c’est l’ensemble de la protection des indications géographiques qui est en jeu

En tant que Directeur Général d’oriGIn, l’Alliance mondiale des indications géographiques et représente 600 associations de 50 pays à travers le monde, je monte aujourd’hui au créneau pour défendre la cause de l’indication géographique Tequila. Le 13 mars 2021, la décision de la Commission européenne dans le litige qui oppose le Conseil de régulation de la Tequila (CRT) et l’entreprise Heineken, impactera d’une manière ou d’une autre, tout le système de protection des appellations d’origine. A travers ce combat, c’est le principe-même de la réglementation européenne actuelle en matière de protection des appellations, qui est en danger. Tolérer l’enfreinte du cahier des charges de Tequila et accepter ainsi un détournement de sa réputation, mettrait potentiellement de nombreuses AOC européennes en danger.

Rappel des faits : il y a quelques années, une marque bien connue de boissons alcoolisées lance une boisson aromatisée à la Tequila pour donner au consommateur le sentiment qu’il apprécie un produit purement mexicain. Le produit devient un best-seller et le consommateur a le sentiment de pouvoir profiter du goût de la véritable tequila, même s’il vit en France. Cependant, la vérité est que cette boisson n’a pas l’autorisation du gouvernement mexicain d’utiliser l’indication géographique de la tequila, et qu’elle n’inclut pas non plus la tequila authentique. Pire encore, la boisson en question transforme de manière irrespectueuse la nature d’un produit aussi emblématique, pour en faire un arôme (une saveur).

Nous disons non à la concurrence déloyale

À notre sens, ce cas doit être vu comme une forme de concurrence déloyale, tel que perçu dans le monde entier. Par conséquent, lorsqu’une entreprise enfreint le cahier des charges pour profiter de la réputation d’un produit reconnu et protégé par sa dénomination d’origine, en plus de nier les efforts de milliers de personnes impliquées dans un produit avec des siècles d’histoire et de tradition, elle met en danger l’ensemble du cadre réglementaire des appellations d’origine et des indications géographiques dans toute l’Europe. Admettre cette situation, équivaut à accepter qu’une dénomination d’origine ne représente pas plus qu’une étiquette qui représente l’origine du produit. La violation, par conséquent, de la réglementation européenne actuelle présente un risque pour l’ensemble du système des appellations d’origine en Europe, et avec cela pour toutes les familles, agriculteurs, producteurs ou travailleurs en général impliqués dans ce processus, en plus de l’effort conjoint des gouvernements.

OriGIN prend fait et cause pour la Tequila

C’est pourquoi notre organisation oriGIn, l’alliance mondiale des indications géographiques qui représente 600 associations de 50 pays à travers le monde, monte aujourd’hui au créneau pour prendre parti pour l’appellation mexicaine.
Notre objectif principal est de garantir que les indications géographiques – un droit de propriété intellectuelle crucial pour le développement des producteurs et des communautés locales – soient pleinement protégées et appliquées par les autorités compétentes dans toutes les juridictions du monde entier.

La présente affaire concerne une société mexicaine, dont la production était contrôlée par le CRT conformément aux lois et règlements mexicains, en vue d’exporter de la Tequila embouteillée au Mexique et commercialisée en tant que telle. Le fait que l’entreprise vendait plutôt de la Tequila en vrac soulève des problèmes fondamentaux pour les indications géographiques. En demandant et en obtenant d’être un parti intéressé dans la procédure, nous voulons nous assurer que les principes de propriété intellectuelle internationalement acceptés, qui se sont développés et se sont répandus dans le monde sous la direction de l’UE, sont pleinement pris en compte par la Commission européenne.

Nous nous permettons donc d’insister sur quelques principes fondamentaux qui sont en jeu dans cette affaire : d’abord, l’intégrité des systèmes de contrôle, qui est un principe crucial de l’accord Mexique / UE de 1997 sur les boissons spiritueuses. Les indications géographiques protégées dans une juridiction donnée – comme la tequila dans l’UE – doivent être utilisées et commercialisées exclusivement dans les conditions fixées par les lois et règlements du pays d’origine. Le Nom-006 mexicain de Tequila nécessite un régime de contrôle spécifique pour le produit à vendre en vrac. Si une autorisation en ce sens n’est pas obtenue par un opérateur, comme dans le cas d’espèce, le CRT a l’obligation, en vertu de la législation mexicaine, de refuser à une telle entreprise l’autorisation de commercialiser le produit. Il n’y a pas ici de question de proportionnalité. Si une entreprise ne respecte pas les règles de contrôle imposées par l’autorité mexicaine, elle ne peut pas vendre le produit sous le nom d’indication géographique (bien sûr, elle peut le vendre sous une dénomination non protégée), car il n’y a aucune garantie de qualité.

Cette considération est strictement liée au deuxième sujet de préoccupation pour oriGIn en l’espèce : les indications géographiques sont des droits de propriété intellectuelle qui profitent aux producteurs pour leurs efforts visant à garantir une qualité spécifique liée à un environnement géographique, ainsi qu’aux consommateurs à la recherche de produits authentiques. La vente d’une indication géographique en vrac nécessite des contrôles et des autorisations spécifiques car son utilisation ultérieure en tant qu’ingrédient doit être encadrée dans un contexte spécifique. Le nouveau règlement de l’UE sur les spiritueux confirme ce principe d’un point de vue général.

Enfin, nous tenons à réaffirmer qu’il n’y a pas de tension entre le libre-échange fondé sur des règles et la propriété intellectuelle. La protection des actifs fondamentaux tels que les indications géographiques et les marques est parfaitement compatible avec le commerce ouvert. Ceci est confirmé par les accords de libre-échange de «troisième génération» conclus par l’UE, qui contiennent tous un chapitre sur la propriété intellectuelle. Nous avons été heureux de voir plusieurs autres membres d’oriGIn exprimer la même position dans le cadre de la procédure d’examen. De même, certaines de ces questions ont été soulevées par le député européen Paolo Da Castro dans une question parlementaire à la Commission européenne à laquelle le commissaire Wojciechowski a répondu plus tôt cette année.

Un débat sur la durabilité

Au-delà des éléments susmentionnés, c’est le principe-même de la durabilité qui est en cause pour nous. Il y a en effet un aspect supplémentaire, qui va au-delà des considérations juridiques et qui concerne le débat sur la durabilité. En d’autres termes, comment établir un nouveau modèle «sociétal» qui assure la croissance économique, sans compromettre les performances environnementales et les principes sociaux. L’UE est à l’avant-garde de ce débat, avec son Green Deal ainsi que sa stratégie de la ferme à l’assiette (F2F) spécifiquement adressées au secteur agricole. L’un des objectifs clés de cette stratégie est de renforcer encore la transparence et la traçabilité de la chaîne alimentaire et des boissons, afin de s’assurer que les consommateurs sont pleinement informés sur la composition, les méthodes et l’impact des produits qu’ils achètent. Si l’on examine la question globale du point de vue de la durabilité, qui est irréversible et sera au cœur de l’élaboration des politiques dans les années à venir, il ne fait aucun doute que toute pratique commerciale qui pourrait faciliter l’induire en erreur des consommateurs quant à la véritable origine ou à la qualité des ingrédients et matières premières utilisés dans les produits transformés, non seulement contrevient aux règles de propriété intellectuelle, mais va à l’encontre des attentes des consommateurs et des principales préoccupations des décideurs.

Le 13 mars prochain, la Commission européenne a beaucoup à perdre ou à gagner selon la position qu’elle prendra. Pour elle, pour l’Europe, mais aussi pour des milliers de familles de producteurs, transmetteurs de savoir-faire ancrés dans des indications géographiques du monde entier. Nous espérons tous qu’elle entendra notre appel.

Massimo Vittori, Directeur Général oriGIn