La fable d’un monde numérique : quelles histoires du monde sommes-nous en train d’écrire ?

Depuis le début des années 1990, un système technique planétaire se met en place, constituant l’infrastructure numérique d’une société automatique à venir, engendrée par l’économie du big data. La révolution digitale a déjà bouleversé nos façons de communiquer, les médias, le commerce, la finance, les relations amoureuses, les transports ou l’hôtellerie. Demain, ce sera au tour des secteurs de l’assurance, de la santé, de l’énergie, de l’éducation…

La fable de la transition technologique permanente que nous vivons tend à nous faire croire que la constante transformation accélérée du monde par l’innovation est inéluctable. Renversant la logique du pharmakon*, cette nouvelle forme d’intelligence serait  l’avènement d’un nouvel âge industriel et de nouvelles façons de vivre ensemble.

Or, la technologie est-elle capable de changer la société ?

* En grec ancien, le terme de pharmakon désigne à la fois le remède, le poison et le bouc émissaire

André TRICOT : « L’école du futur »

Les évolutions des technologies numériques bouleversent profondément plusieurs aspects de notre vie, mais bizarrement, assez peu l’école. Parmi les scénarios prospectifs pour les 20 ou 30 prochaines années, je vais en décrire un : celui qui considère que le numérique restera un simple outil et que l’école restera ce qu’elle est. Un scénario catastrophe ? Pas si sûr !

Professeur de psychologie à l’ESPE Toulouse, André Tricot fonde son travail de recherche sur les apprentissages et la recherche d’information avec des documents numériques, selon une approche cognitive et ergonomique.

Carole MAURAGE : « Numérique et nouvelle citoyenneté »

Et si demain, la souveraineté était directement exercée par l’ensemble des citoyens ? Si la représentativité devenait un outil politique dépassé ? Et si cette nouvelle citoyenneté connectée permettait l’émergence et le développement de cités plus collectives, plus mixtes, plus intelligentes?

Fondatrice et présidente de MNMS (MyNeedMySolution), directrice du Laboratoire des Usages de Toulouse 2014 & 2015, co-fondatrice et directrice du C3 Challenge, présidente de Digital Girls, Carole Maurage est conceptrice et pilote de grandes démarches d’innovation ouverte et de démocratie participative, accélératrice d’innovation et d’agilité, experte en stimulation de créativité et d’intelligence collective.

Gérard POUJADE : « La monnaie complémentaire numérique »

Et si les échanges étaient gérés par d’autres règles ? Et si l’argent n’allait pas à l’argent mais à un développement harmonieux ? Et si l’échange était une richesse pour celui qui donne et celui qui reçoit ? La monnaie numérique complémentaire est l’occasion de participer à une autre croissance, à un autre développement. Je rêve d’une banque…?

Maire de la commune du Séquestre, ancien vice-président de la région Midi-Pyrénées et DG de la SCIC COOPEK, monnaie complémentaire numérique.

Dominique PON : « Numérique, mémoire et humanisme »
« Dans ce nouveau monde du numérique dominé par la Silicon Valley et la pensée transhumaniste, y-a-t-il encore une place pour un grand projet humaniste et universel du XXIème siècle ? Pour Dominique Pon, c’est autour de la question mémorielle qu’il doit se construire. »

Créateur de start-up, manager atypique et iconoclaste, auteur-compositeur, président fondateur de l’association Eternesia, citoyen humaniste.